Les matériaux d’encadrement

Une fois les pertes de radiation réduites grâce aux revêtements à faible émissivité, les pertes liées à la convection et à la conduction maîtrisées grâce au remplissage au gaz et les pertes de chaleur liées à la conduction aux angles de l’unité vitrée réduite grâce à des espaceurs isolants, les cadres représentent le maillon faible suivant de la chaîne de l’efficacité énergétique. Reconnaissant que le cadre et le châssis constituent une partie importante de l’ensemble de l’unité vitrée, il est important qu’ils soient bâtis de manière à minimiser la perte de chaleur liée à la conductivité.

De bons cadres peuvent être fabriqués à partir de matériaux communément utilisés tels que l’aluminium, le bois, le PVC, la fibre de verre etc. à partir du moment où les faiblesses de chacun d’eux sont identifiées et compensées. Par exemple, les cadres en bois recouvert d’un placage extérieur en aluminium ou en vinyle réduisent le besoin d’entretien; ou les cadres en aluminium qui, s’ils sont dotés d’un isolant thermique continue en quantité importante, réduisent la perte de chaleur par conduction.

Les cadres peuvent également avoir un impact significatif sur le gain en énergie solaire. Les matériaux plus résistants, tels la fibre de verre, permettent au cadre et au châssis d’être plus étroits. Ceci résulte en un plus grand espace vitré, ce qui augmente le gain d’énergie solaire et diminue la perte de chaleur grâce à la conductivité. Il s’agit des cadres étroits qui, à l’heure actuelle, obtiennent les meilleures évaluations de rendement énergétique.